Vous êtes ici : Accueil > MUSIQUE > CHAM : un dispositif en danger !!!
Publié : 8 décembre 2018

CHAM : un dispositif en danger !!!

Jusqu’en 2015, l’école Louis De Broglie comptait 10 classes.2 CP, 2 CE1, 2 CE2, 2 CM1 et 2 CM2. Un enseignant par niveau accompagnait les élèves CHAM les mardis ou jeudis au conservatoire, l’autre prenait en charge les élèves classiques.

Avec les mesures de cartes scolaires (9 puis 8 classes dans l’établissement), cette organisation n’était plus possible.
En 2016, l’enseignant descendait avec toute sa classe (CHAM et classiques). Mais les normes de sécurité n’étaient pas respectées (capacité maximale des salles du conservatoire à 19 élèves), difficultés matérielles pour les classiques et beaucoup de temps de transport pour des élèves qui ne pratiquaient pas la musique).

En 2017, un équilibre semblait être retrouvé : l’appel à la bonne volonté des parents d’élèves avait rencontré un franc succès (8 parents volontaires) et deux emplois « service civique » venaient seconder l’enseignant pour l’encadrement des élèves CHAM.

Malheureusement, 2018 n’est pas à l’image de l’an dernier : aucun parent n’a pu répondre à notre demande. Deux des parents de l’an dernier continuent de se relayer les mardis et les jeudis matins mais leurs emplois du temps ne leur permettent pas un accompagnement régulier. Les deux emplois « service civique » sont choisis depuis le 15 septembre, les dossiers de candidature complets transmis à l’Inspection Académique le 18 septembre. Depuis, nous attendons le retour des contrats.
Chaque mardi matin, chaque jeudi matin, nous sommes à la recherche d’une solution…

L’équipe des enseignants a donc pris la décision suivante : monsieur Guéry (+ ses 35 élèves CE1/CE2 CHAM) et monsieur Wallaert (+ ses 45 élèves CM1/CM2 CHAM) ne descendront plus au conservatoire si les conditions d’encadrement ne sont pas satisfaisantes.

L’équipe des enseignants.

LES PARENTS ELUS S’EXPRIMENT SUR LE SUJET

Bonjour à toutes et à tous,

Il n’est évidement pas acceptable qu’une mission de l’Éducation Nationale soit assurée uniquement par la bonne volonté de quelques parents.

Non pas que la participation des parents d’élèves à la vie de l’établissement soit une mauvaise chose, les différentes institutions ayant bien souvent tendance à maintenir les parents à « leur place » : la place de simples consommateurs d’un service public, au lieu de les rendre acteurs.

Néanmoins, le dispositif CHAM ne doit pas dépendre de l’emploi du temps des parents d’élèves, parents qui restent volontaires pour accompagner les élèves et leur apporter un soutien supplémentaire bienvenu.

Sachant qu’il est absolument nécessaire de faire appel à des personnes employées en service civique pour maintenir le dispositif d’enseignement CHAM en l’état,
pourquoi est-on en incapacité de prévoir d’une année sur l’autre la reconduction de ces contrats ? Que ce soit des personnes différentes, étant donné la durée des contrats est une chose, mais on devrait être capable d’anticiper leur présence.

C’est absurde de ne pas pouvoir compter sur l’encadrement nécessaire au bon déroulement d’un dispositif souhaité et apprécié par l’Éducation Nationale et surtout au bénéfice des enfants. On imagine mal des élèves privés d’enseignement avant la mi-décembre. C’est pourtant ce qui serait arrivé si les parents d’élèves, l’équipe enseignante et des volontaires ne s’étaient pas mobilisés pour palier ces carences de personnel.

Les parents d’élèves élu(e)s de l’école élémentaires Louis de Broglie se joignent aux enseignants pour dénoncer cette anomalie et demander que soit trouvée une solution dans les plus brefs délais.

Les représentant(e)s des parents d’élèves

RESULTATS DES REFLEXIONS (au 18 décembre 2018)

Mail adressé aux parents élus, élus de la ville de Dieppe, référents du conservatoire et responsables de l’Education Nationale.

Mesdames, Messieurs,

Cela fait plusieurs années que le fonctionnement du dispositif CHAM repose sur la bonne volonté de l’équipe pédagogique, en collaboration étroite avec l’équipe du conservatoire et mesdames et messieurs les parents d’élèves. Cette organisation a été mise à mal par l’échec du recrutement espéré et engagé des emplois civiques attendus début novembre.

Finalement, un poste « service civique » pourrait être débloqué pour le début du mois de janvier, un second poste pourrait faire l’objet d’un transfert d’une autre école pourvue de quatre emplois civiques.

En attendant leur arrivée, si cela est nécessaire, Madame l’Inspectrice s’engage à mettre un remplaçant pour assurer l’encadrement des enfants les mardis et jeudis matins au conservatoire.

D’autre part, suite à la rencontre de Monsieur Wallaert avec Madame Salley (Inspectrice de la Circonscription) le jeudi 13 décembre, les solutions suivantes ont été soumises (en cas de nécessité absolue) :

- le mardi matin, le directeur accompagnerait le groupe au conservatoire, sur son temps de décharge (accepter cette solution reviendrait à faire croire que ce temps de décharge n’est pas indispensable au fonctionnement de l’établissement).

- Le jeudi, Madame Demanneville ou Madame Delarme accompagnerait le groupe CHAM au conservatoire. L’autre maîtresse prendrait en charge les 32 élèves à l’école (ce qui mettrait en péril la prise en charge des élèves classiques dont 6 font partie du dispositif DYS. Le bon déroulement de la prise en charge d’un groupe doit-il se faire au détriment d’un autre ?).

L’équipe des enseignants a fait la demande pour la rentrée 2019 d’inscrire au mouvement un 25% de poste supplémentaire correspondant aux ½ journées d’accompagnement au conservatoire. La mission serait alors pérennisée.

Persuadée que les partenaires en présence oeuvrent aux bonnes conditions d’apprentissage des enfants, l’équipe reste à la disposition des uns et des autres pour l’élaboration d’une solution viable.